• Véronique Dessaint

Histoire de vendre

Mis à jour : mai 16




Le 10 décembre a eu lieu le marché de Noel de mon village organisé dans la salle des fêtes de celui-ci. Un repas chaud était prévu et la venue de 30 exposants, puis l'après-midi Saint Nicolas devait venir pour les enfants. Mon stand était prévu pour être a l'extérieur et le marché devait se produire de 10 h a 18 h , donc je devais rester pendant 8 h environ a l'extérieur.


Je me suis levée ce matin là et j'ai observé la météo, il pleuvait ou plus précisément de la neige fondue tombait du ciel et le vent du nord soufflait a décorner les boeufs. Inutile de dire que je n'y suis pas allée, je ne voulais pas tomber malade et puis personne ne s'arrête devant un stand sous la pluie


Après le repas, mon mari me propose d'aller voir ce fichu marché. Je suis allée voir l'organisatrice qui m'a expliqué que les stands de l'extérieur ont été mis a l'intérieur et que j'y avais une place de prévue

Je suis allée cherché mes mes articles pour les mettre en vente sans tarder


Le bilan les points négatifs : " La laine ça gratte, vous n'auriez pas de la soie, je ne dis pas que ce que vous faites n'est pas beau mais je ne supporte pas la laine " ( idem pour alpaga, mérinos, et mohair )

Aucune vente mais je m'y attendais ma clientèle n'est pas chez les gens du pays



Les points positifs : Une dame qui n'avait pas assez de liquide sur elle et qui était intéressée par mon étole cachemire et mérinos, m'a demandé si c'était mon prix indiqué parce que au prix ou je la vends c'est cadeau qu'elle valait au moins 250,00 euros, je lui ai répondu que je le savais mais en attendant je me base sur les prix du "marché ", en clair mes prix sont bons et attractifs pas besoin de solder mon travail

Un autre point positif qui est de taille : Aucun des visiteurs de mon stand n'a fait de réflexion du genre " moi aussi je peux le faire, ou je demande a ma mère ou copine ça me coute moins cher ", personne n'a dit " j'ai vu les mêmes en magasin a 15 euros " par contre quand je disais "modèle unique " les visiteurs ne critiquaient pas la qualité


La conclusion de cette journée est : Ma clientèle n'est pas dans les marchés locaux, c'est une clientèle de passage principalement ( touristes ou résidence de vacances ) , cela confirme ce que j'ai pu lire concernant les créateurs de modèles uniques . Une exposante qui arrête a la fin de l'année m'a dit que c'était très long qu'il fallait beaucoup de patience, qu'elle s'intéressait par contre a mes teintures, que je devrais donner des cours . Alors en attendant les jours plus fastes, je vais continuer a me former, principalement dans le tissage avec mon 8 cadres, il y a beaucoup a faire et aussi faire connaitre ce que je fais. Le blog a encore une longue vie devant lui



Je ne peux pas plaire a tout le monde, il va falloir que je me positionne dans la niche de vente que j'ai choisi. Mais quelle est cette niche ? Celle des produits écologiques fait main uniques et non reproductibles dans la mesure du possible, en clair celle de la création textile et je ne suis pas la seule. Pas évident de se positionner, je pense que comme pour le marché de l'art, il ne faut pas se limité a la clientèle locale mais internationale. Je savais depuis longtemps que mon activité était une niche mais sans en avoir la preuve, ni la certitude, jusqu'au jour ou une dame ayant approximativement la même activité que moi ( elle feutre et pas moi, mais je tisse et pas elle ) a parlé de niche. Pourtant celle-ci n'existe pas dans la réalité, parce que la clientèle potentielle n'a pas conscience de son existence, alors comment faire pour qu'elle vienne ? Déjà expliquer ce que je fais, quelle est ma démarche et dans quel but, c'est principalement le rôle de ce blog, me positionner sur les moteurs de recherche pour me faire connaitre, c'est long, très long. L'ancien blog faisait près de 8000 visites dans le mois ( c'est pas beaucoup par rapport aux blogs des influenceurs mais mon activité est loin d'être "grand public et a vocation a rester confidentielle ) avant que je ne le transfère ici, il avait un grand défaut de ne pas être lié a une boutique, il fallait cliquer sur les liens en fin d'article pour accéder a la boutique, ce qui ne me rapportait pas beaucoup de visites et encore moins de ventes.


Pour n'ai-je pas eu de réflexions du genre " c'est trop cher " ? Pourtant par rapport a d'autres qui font aussi du fait main, j'ai des prix doubles voir plus ! Je ne parle pas de rentabilité mais de rapport qualité prix bien que leurs ouvrages soient aussi de bonne qualité.

La réflexion " c'est trop cher " conduit a une comparaison, avec de l'existant, on compare un produit déjà vu avec un autre, d'une boutique a l'autre et l'esprit va forcément analyser le pourquoi cette différence de prix, si celui-ci ne trouve pas de différence, il en conclura que c'est "trop cher ", c'est logique et nous agissons tous de la sorte. Le modèle unique rend cette analyse obsolète a savoir la notion d'avoir déjà vu ailleurs, cela élimine toute comparaison avec l'existant, il reste donc la solution d'achat suivant au client potentiel a savoir si il peut ou non l'acheter cet ouvrage unique. Plus haut je comparais mon activité en raisonnant façon "marché de l'art", j'en suis pas si loin que cela même si l'art sous entend objets non usuels.



3 vues

Posts similaires

Voir tout

Quand filer devient une thérapie ???

L'article en question a été déplacé ici : https://lefilboutabout.wordpress.com/2021/07/15/quand-filer-devient-une-therapie/