• Véronique Dessaint

La création d'une oeuvre ou d'un ouvrage


La course des petits chevaux sur portée musicale copyright Véronique Dessaint


Le processus de création est toujours le même ( je parle de la vraie création celle dont on parle pour les droits d'auteur ) c'est un long cheminement qui commence sur un plan cérébral puis vient le second cheminement qui est la création physique avec des ratés et des doutes, je crois que le doute fait partie intégrante de la création, puis la phase de concrétisation; entre les deux ils peut y avoir des "vides" ( quand la création n'est pas assez rythmée ou fluide, que je bute sur un écueil , j'arrête tout et je mets en pause pour reprendre ou démonter quelques semaines plus tard ) puis enfin l'ouvrage fini qui ne plait plus parce que je l'ai vu et revu pendant la création et qu'il me "sort par le nez " alors je ne sais plus quoi en faire, je mets de côte , ceci est valable pour mes écrits, les oeuvres numériques aussi que j'ai redécouverts au bout de 10 ans, alors que je les trouvais nuls une fois terminés. Il est rare que je m'extasie devant un ouvrage fini, je lui trouve mille et un défauts.


Même si le canevas ou schéma créatif est issu de l'inspiration venant d'oeuvres existantes, il en résulte que si cela n'est pas une copie ( ce n'est jamais le cas pour moi ) , il me faut adapter le canevas a l'ouvrage que je veux réaliser, parfois le ce canevas ou patron ne correspond pas a matière utilisée ou bien au tout simplement a la forme du projet. Cela est valable pour les créations physiques mais pour ce qui est d'oeuvres purement intellectuelles comme les écrits et les créations numériques, le cheminement est différent, je dirais même plus aisé. Si cela ne convient pas je jette et recommence autrement avec une idée différente, pas de gâchis de matière première juste un peu de temps perdu.



Oeuf façon marqueterie numérique copyright Véronique Dessaint

La copie ou le plagiat


Si je parle de ce sujet c'est que cela m'est déjà arrivé, lors de mes débuts d'internaute, il y a une vingtaine d'année, je croyais en la fraternité universelle des hommes et a la gratuité du web, bien que rien n'est gratuit ici-bas. A cette époque là, il existait des échanges courtois entre membres d'un même groupe bien que les polémiques existaient aussi. On était pas encore dans l'internet commercial d'aujourd'hui, ou le gratuit disparait de plus en plus laissant place a la notion de profit. Avant ce blog, j'avais ouvert un blog google et celui-ci n'était pas protégé des clics droits, j'ai eu certaines de mes photos qui se sont retrouvées sur les sites qui étaient sans rapport avec le sujet de la photo, j'en ai même où intentionnellement ma signature avait été supprimée. Une photo volée cela n'est pas si grave que ça, j'en ai a revendre et je peux en refaire, cela m'a surprise mais pour autant me froisser, tout comme mes poésies que j'ai retrouvées par hasard sur des sites ou mon nom n'était même pas cité, a ce moment je m'étais dit que c'était la "rançon de la gloire", je ne m'étais même cassé la tête a demandé la suppression de mes photos ou écrits a ce moment là !


Mais que dire d'une écharpe dupliquée que je retrouve sur un groupe de tricot, les mêmes couleurs, pas le même point heureusement et encore j'ai pas vérifié ! Enfin la même écharpe a peu de chose près, pourtant il est indiqué modèle unique sur la fiche de vente. Elle est effectivement unique parce que certaines couleurs sont des teintures végétales et que la laine c'est du filé main, mais pour le reste.........................Le plus beau c'est que la dame a eu plus de cent commentaires et a été félicitée pour l'agencement des couleurs, alors que moi la créatrice du modèle, c'est à peine si j'ai eu 10 visites sur ma fiche de vente, j'étais a la fois furax et désespérée. Depuis, je me suis mis en tête de protéger mes créations, même si une copie d'écran reste toujours possible mais tant que ça reste dans le domaine privé, cela ne me dérange pas. Je suis la première a dire que si l'on ne veut pas être copié, il ne faut pas publié sur internet. Je fais la différence entre une copie et le plagiat, l'exemple de l'écharpe citée plus haut est du plagiat pour moi.


C'est quoi au fait le plagiat ?


Je suis sure que beaucoup ne savent pas en quoi cela consiste le fait d'être plagié et ne comprennent pas ma réaction, le jour ou ils seront plagié, ils comprendront, a moins qu'ils veuillent persisté dans leur médiocrité de copieux.

Le plagiat c'est l'appropriation illégitime de travaux d'autres personnes, pour ce qui est du cas dé l'écharpe dont je parle plus haut celle-ci était sur un site marchand a l'époque protégée par la propriété commerciale. Le plagiat est parfois involontaire par ignorance . Volontaire ou non, le plagiat est délit punissable pénalement, le plagiat est assimilé a un vol immatériel.


Pourquoi est-ce grave ?

Parce que lorsque le créateur de l'oeuvre prétend que l'oeuvre est unique parce qu'il n'en fera pas une copie et que les personnes intéressées par ce créateur voient qu'il y a des reproductions celui-ci perd toute crédibilité et je ne parle pas du droit commercial. Ensuite c'est décourageant pour celui qui crée ( je parle plus haut du temps passé a créé ) et si cela se reproduit trop souvent, le potentiel de création risque de se tarir. " Je suis fière de ce que j'ai fait c'est précieux d'autant plus qu'il en a pas d'autre " sauf si une personne peu scrupuleuse s'amuse a le plagier et récolte les lauriers a ma place. Quand cela s'est produit, écoeurée, j'ai voulu tout arrêter et heureusement que mes filés main et mes teintures ne sont pas reproductibles et ceci même si je donne la recette, même moi je ne peux les reproduire, cela m'a rassurée et permis de continuer


La copie


L'exception de copie privée autorise une personne à reproduire une œuvre de l'esprit pour son usage privé, ce qui implique l'utilisation personnelle, mais également dans le cercle privé incluant le cadre familial.

Quand on achète un livre qui explique pas a pas la création d'un ouvrage cela s'appelle aussi une copie et non une création qui plus est ne doit pas être réalisé dans un cadre commercial mais pour un usage privé. Je n'ai pas le droit de réaliser un pull issu du catalogue phildar pour le vendre.


Le but de mon article n'était pas de parler de plagiat mais d'oeuvres originales vu que c'est la raison principale de la création du site " Le fil bout a bout ". Désolée, j'ai dérapé ! Je remets le sujet a plus tard.

Pour finir le texte de loi français : https://www.economie.gouv.fr/apie/propriete-intellectuelle-publications/contenus-concernes-par-droit-auteur

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout