• Véronique Dessaint

Poil de jarre, toison jarreuse

Mis à jour : janv. 19



Dans ce post, il va être question des poils de jarre, non pas la jarre qui est une amphore antique ou le jars qui est le male de l'oie mais bien des poils plus épais et longs d'une toison que ce soit de mouton, de chat, chien, alpaga ou tout autre animal poilu

La définition de wikipédia sur le sujet est la suivante :

" Un poil de jarre, appelé communément jarre, est un poil de couverture relativement long, raide, généralement pigmenté, constituant la partie visible de la fourrure. Les poils de jarre ont une densité plus faible que les poils de bourre ou duvet, qui forme la sous-couche de la fourrure. Ils peuvent être de couleur unie ou comportant des bandes de divers tons."


Le Larousse est plus précis sur le sujet :

"Poil de couverture des mammifères, long et raide, de densité faible, dépassant les poils de bourre ou duvet, mais moins rigide que les épines. (Les crins sont des poils de jarre.) "





J'ai eu la triste expérience de me retrouver confrontée a ces fameux poils de jarre, sur de l'Ouessant ( connu pour ça vu sa rusticité ), de l'alpaga en pelote et du mouton de jacobs

Au toucher les poils de jarre ne se sentent pas, mes trois laines étaient tres douces au toucher y compris au contact de la joue, mais une fois filé, les fameux poils de jarre vont ressortir et former autant de petites piques qui vont gratter la peau et vont faire que l'ouvrage sera difficilement supporté au contact de la peau


Ma première expérience a été avec de l'alpaga blanc, une laine trés douce et magnifique, j'en avais fait un pull que je ne pourrai jamais mettre parce que la première fois que je l'ai essayé par endroits, ça grattait ...............à l'époque je ne comprenais pas pourquoi, aujourd'hui j'ai compris qu'il s'agissait de poils de jarre éparpillés par-ci par-là ! Avec du recul vu la couleur de la laine, je n'aurais pas pu les voir pour les supprimer lors du tricotage, il me reste plus qu'à détricoter le pull en question et en faire un autre ouvrage qui sera porté sur un autre vêtement ( écharpe, bonnet, mitaine ou autre )





Mon autre exemple est une série de toisons de mouron ouessant, là pas de surprise la laine est connue pour être jarreuse, mais tout de même au toucher cette laine était d'une grande douceur, je l'ai lavée, cardée ( des poils noirs de jarre y sont resté, les toisons sont noires difficile de les trouver des intrus piquants ), puis j'ai filé et là la douceur a disparu au profit d'une laine plus consistante et rustique, mon projet de pull va être avorté pour se transformer en feutre ou bonnet et mitaine voir sac, c'est un crêve-coeur parce que là encore la laine est belle

Ma troisième expérience vient de se faire avec du mouton de Jacobs en ruban, c'est cet expérience qui va me servir d'illustration en photo, là encore la laine est douce au toucher mais au moment du filage, j'ai détecté des poils blancs, plus durs et plus épais que les autres poils de la toison, par chance, je les ai vus étant donné qu'ils étaient blancs et pas très nombreux, mais il y en avait aussi des noirs et des marrons, qui m'ont surement échappé


On voit clairement les deux poils blancs plus épais que des autres sur la photo, ce sont ces poils plus épais qui vont gâcher un ouvrage en le rendant piquant , c'est pour cette raison que la mérinos a une réputation de ne pas gratter étant donné que les toisons de ces moutons sont exempts de poils de jarre. Plus un animal est vieux plus sa toison risque d'être jarreuse, quand les toisons sont trop jarreuses celles-ci sont déclassées, utilisées en rembourrage , feutrage ou isolation


https://laines.eu/races-moutons-caracteristiques-laines/

225 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout